Telendos, l’île falaise

Athènes le 9 juin 2019.

C’est par la plus vieille ligne de métro de la ville que nous nous rendons dans, sans doute, l’un des plus vieux port de notre civilisation, le Pirée. 

Nous devons traverser la mer Egée pour nous rendre près des côtes Turques, à Kalymnos, en passant par l’île de Kos.

Près de 12 heures en mer, mon système vestibulaire a hâte.  

Sortis de la gare du Pirée c’est la foire, des Africains nous font une haie d’honneur de contrefaçons de Nikes d’un blanc dont l’éclat est amplifié par le soleil d’un après-midi estival.

Sa chaleur oppresse tout autant que ces véhicules qui passent sans arrêt sur la route que nous devons traverser pour rejoindre la comptoir de Blue Stars Ferry. Cet embarcadère industriel, un peu glauque, ne laisse pas présager que ces gros ferry peu attrayant nous débarquerons dans de contrastant charmants ports insulaires.

Embarquant nous avons l’impression de monter dans un cargo où je devrais me faire une place à côté des marchandises. Mais, à chaque pont du bateau, un élégant matelot affublé de son trois pièces aux tons helléniques nous accueille pour nous mener, un peu blasé, jusqu’à la cabine dans laquelle nous nous endormirons bercés par le rouli et le boucan des moteurs après une soirée passé sur le pont à scruter l’horizon (et respirer l’odeur du mazout brûlant).

Nous débarquons à Kos à 6 heure, en même temps que les premiers rayons de soleil rosés atteignent les pierres des fortifications qui entourent le port.

D’un autre port, nous embarquerons sur une bien plus petite embarcation, après des heures d’attentes face à une statue de Poséidon en s’occupant avec quelques coups de fil à la banque pour faire opposition sur ma carte de crédit que, la tête dans l’écume, le cerveau dans le ressac,  j’ai donné à avaler au distributeur du ferry. Bref.

Nous sommes arrivés tôt à Kalymnos portés par un tout petit ferry que les vagues d’une mer pourtant calme envoyait en l’air saluer les falaises. Au port, les taxi suivent du regards ces deux backpacker surchargés de cordes et mousquetons en tous genre mais nous prendrons les transport en commun, le bus qui nous déposera à Myrties, bourgade aux avant-poste du “climbing village”, Masouri, dont la rue principale n’a rien à envier à Chamonix et ses boutiques pour montagnards, à un détail près, les vendeurs sont prêts à vous déduire la TVA de leur articles hors de prix, pour le peu que vous n’exigez pas de facture. Quand on parle de la rue principale, on devrait en fait parler de l’unique rue car Kalymnos peut être vue comme une immense falaise n’étant discontinue que pour laisser les grimpeurs se perdre dans les brèches, séparer de la mer par une route et quelques pensions pour cette nouvelle espèce de touriste qu’est le grimpeur. Espèce facilement reconnaissable par son bronzage, son accoutrement plus flashy que le turquoise de l’eau et surtout ses bras hypertrophiés qui semblent bloqués en position semi-fléchie.

 

Face au climbing village, séparé d’un bras de mer, une “climbing island” au profil plus inhospitalier encore que Kalymnos : Telendos. Les 460m de l’île falaise dont nous contemplons la face Sud sur laquelle nous comptons échauffer la gomme de nos chaussons.

Mais avant ça, il nous faudra trouver un bateau qui acceptera un accostage sur les rochers méridionaux à l’aurore. Ainsi à 6.15 le lendemain, pendant que deux dames plongent de leur robes noires et cheveux grisonnant dans la mer fraîche, notre réveil sonne pour nous laisser juste le temps d’un petit déjeuner assez consistant pour l’ascension, puis attendons de voir voguer l’un de ses bateaux de pêche avec qui nous allons négocier la traversée.

6.45, un marin à l’approche, aucun passager si ce n’est nous assis sur le ponton. Le pêcheur ne souhaite traverser que s’il trouve au moins un autre passager.   D’autant que nous visons la côte Sud, ses rochers, ses rochers et ses rochers. Pas de port là bas, il est à l’Est.

Nous avons de la chance, un pêcheur souhaite lancer sa ligne dans des courants moins touristiques, dans l’eau plus sauvage et moins turquoise que celle des petites criques de l’est. Pour 30€, le tarifs grimpeurs, 15 fois plus cher qui si nous avions choisi la traversée usuelle 

Les sacs à cordes posés à côté du portrait d’un Saint croisant les doigts, voilà qui s’annonce bien, nous grimperons sous les meilleurs auspices.

Assis à l’avant en première ligne pour se prendre les fragments de vagues, le remous et ressac finisse de nous réveiller. Et, réveillés il faudra l’être pour enjamber la proue et poser un pied ferme sur le rocher humide faisant office de débarcadère pour grimpeurs fainéants.

 

De là, trouver le pied de notre voie est chose aisée, d’autant qu’une cordée est déjà engagée dans la voie au tier de sa hauteur, sans doute était elle autant misanthrope qu’héliosthrope et comme nous a voulu partir le plus tôt possible afin d’éviter de finir en viande grillée sur cette pierrade Grecque.

La face Sud de Telendos : à l’abordage!

La marche d’approche réduite à une demi-heure nous a déjà fait prendre de la hauteur, la vue plongeante sur cette mer qui, dans un passé plus ou moins millénaire, a sculptée la falaise façonne alors notre état d’esprit : lorsque la première cordée sera sortie, nous serons seuls sans qu’aucun autre regard ne se posent sur nous que celui des oiseaux ou des chèvres moqueuses, sans qu’aucun autre bruit que celui des clips des dégaines pour rythmer notre ascension.

La voie à droite de la grotte

 

Un peu moins de 300 m de grimpe commencent.

Malgré l’heure matinale, je ne ressens pas l’inertie habituelle des matins Amstellodamois et m’engage dans la première des 11 longueurs de notre voie. 

Nous enchaînons les longueurs sans difficulté en réversible jusqu’à ce qu’à côtoyer une grotte semblable à bien d’autres sur ces rochers Kalymnociens avec ses colonnettes, ses stalactites et autres concrétions qui font les magazines et les performances qu’ils rapportent.

La performance pour nous serait de finir la voie avant que le soleil ne tape trop et la redescendre avec le maximum d’énergie (et de bonne humeur), il s’agira de la voie la plus longue effectuée de notre petite expérience de grimpeurs du dimanche. Ici pas de PGHM pour venir nous récupérer, tout au plus la rescue team de bénévoles basée à Masouri pour venir à notre rescousse, alors la perf, les quotations, l’égo, tout ça ne fait pas parti du programme. 

Nous voulons d’autant moins prendre de risques que nous n’avons pas encore tâté du chausson les quotations du coins et ne voulons pas nous engager dans une voie trop technique pour nous.

Les grottes Kalymnociennes

 

De la pluie à Kalymnos

Le profil de la voie s’est vite redressée, Romain s’engage dans la dernière longueur facile. Les nuages qui nous passent par dessus en ont fini de leur passivité et commencent à arroser notre île-rocher. A mon tour de m’engager, la pluie se déchaîne et les éclaircies sont bien lointaines, ce n’est pas ce qu’avait prévu la “climbing meteo” affichée dans les rue du “climbing village”, à côté du “climbing massage center”. 

Sur le rocher devenu glissant, Un pas trés légèrement exposé sur un bloc en surplomb m’est impossible, du moins si je souhaite prendre un peu de plaisir. Alors j’attends, la tête et les chaussons protégés sous ce même surplomb.

L’eau ruisselle sur mon casque et rafraîchit mon dos, il n’y a rien d’autre à faire que d’attendre. Si seulement “buienradar” l’appli préférée des néerlandais pouvait nous dire si le rocher aurait la moindre chance de sécher.

La pluie finit par s’arrêter pour me laisser rejoindre Romain tout mouillé au prochain relais.

C’est à mon tour de repartir en tête et, alors que j’entame un dièdre technique, bien raide et bien lisse, tout en friction les averses passent et repassent plus drues les unes que les autres.

Mes grattons ne sont pas prés de sécher et de se laisser adhérer. Je pars donc d’un pas mal assuré mais assuré de près par Romain.

Le dièdre est raide, très raide, trop raide pour la météo, pas un rocher pour faire office de marchepied, juste une réglette de traviole sur laquelle les mains en semi-arquées tirent dans le sens inverse duquel poussent les pieds sur la face perpendiculaire. Un bel hommage à Dufler, Hans de son prénom, qui ajouta ce mouvement à la panoplie des grimpeurs.

Bref, je décris bien les mouvements, je ne pense pas etre une mauvaise lectrice de rocher mais pour ce qui est de la réalisation par jour de pluie c’est moins ça. Je tire sur la réglette bien comme j’ai dit, j’essaie de faire confiance au calcaire mouillé et hop ma main glisse, éjectée par les gouttes d’eau.

Grimpeuse je suis une chercheuse, une chercheuse d’élégance, mais là… pas moyen, la seule technique que j’améliorerais aujourd’hui sera le placement des pieds lors du tirage de dégaines, évidemment en l’accompagnant d’un râle de désespoir.

 

L’avantage de cette pluie c’est qu’aucune cordée ne nous suit et que nous ne nous sentons pas pressés de libérer les relais. Seules pour nous moquer, des chèvres bien plus habiles que nous. Désormais, en guise de préparation mentale je méditerai sur la décontraction dont font preuve lors ces bêtes au pourtant large et déstabilisant abdomen.

Comme à chaque séjour grimpe en montagne, je me dis qu’il va falloir muscler le bas de mes mollets et solliciter plus souvent mes tendons d’Achille ou l’escalade en dalle finira par y décocher une douloureuse flèche qui mènera à ma fin.

Pour leur grand soulagement, après 5 heures dans la voix (avec de nombreuses poses en attendant que cesse la pluie) et un sandwich au sommet, nous entamons la descente, mettant à l’ouvrage d’autres muscles oubliés dans notre trop plat pays.

Le soleil tape désormais fort et nous en avons pour plus de deux heures de descente raide sur un sentier de roches, d’ardoise et de poussière. Nous croisons un seul arbre, tout beau tout fier au milieu du talweg. Pour le reste, il faudra attendre la face Nord.

Nous nous promettons une pause au petit monastère abandonné que nous penson être à mis chemin, mais le sifflement d’un serpent nous fera prendre nos jambes à notre cou.

Pas de pause et en réalité nous ne sommes qu’à un tier du parcours. Cette île est verticale, vraiment. Si bien qu’aucun sentier ne permet de redescendre tout droit du monastère en face Est vers le port sur la même cote. Il fait extrêmement chaud, les sacs  sont extrêmement lourd mais de nombreux zigue-zagues seront encore nécessaire. En fait il faudra d’abord se rendre face Nord puis marcher vers l’Ouest, revenir vers le Nord au niveau de la mer, pour remonter encore et enfin redescendre jusqu’à trouver de drôles de spécimens allongés tout nus sur une crique protégé par les rochers.

 

Délivrance, nous nous jetons dans l’eau fraîche nous aussi, mais en sous-vêtements au risque de choquer.

 

Du petit port, nous levons les yeux au ciel, des nuages sont toujours accrochés à notre dernier relais, à cette face Sud. Je peine à croire que nous sommes montés si haut à la force des pointes de chausson. 

Telendos, couché de soleil quotidien

2 commentaires pour “Telendos, l’île falaise

  1. je ne suis pas grimpeuse, loin s’en faut, mais j’ai vécu ton récit palpitant !!! ………..avec des sueurs froides de mère tout de même !!!! lol lol !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *