Ma cordée bien aimée

Qu’il est plaisant, deux semaines durant, de n’être subordonnée qu’à la verticalité, qu’à la peur de tomber, sur de lisses dalles, là où seules des jambes tremblantes émettent des injonctions dignes de raison.

Deux semaines de grimpe à la recherche de la seule et unique perfection : la simplicité. Dans un sport particulièrement prompt à créer des sur-hommes-araignées, nous, nous n’avons pas d’objectif à atteindre, pas de “projets” comme les grimpeurs ont tendance à s’en imposer comme s’il leur fallait “manager” tous les pans de leur vie, établir leur guiness book.

 

Ne pas se comparer, si ce n’est à la personne que nous étions sur notre dernier terrain d’aventure, se surpasser en gardant l’équilibre pas seulement sur des orteils recroquevillés et maltraités mais entre la grosse frousse et le confort un peu barbant. Notre point d’équilibre: Romain et moi l’appelons  “the jelly” en référence à notre expression favorite à la sortie de longueurs ardues “ I almost drop the jelly”, image sur laquelle je ne vais pas m’appesantir. Nos cotations n’ont qu’un seul référentiel, nous même.

Pas question de prendre des risques, nous sommes des vrais conquérants de l’inutile, trop nazes, trop vieux (je parle pour Romain), je n’oserai pas dire “trop moches”, pour être jamais sponsorisés pour notre passion. Et puis devoir se coltiner des shootings photo en mini-short fluo dans les crottes de biquettes qui trainent partout au pied des falaises déclenche un blocage dans mon esprit.

 

Cet été, la simplicité nous l’avons trouvé auprès d’un vieux sage : la calcaire pyrénéen. Bien que déformé par les effets du temps, pour lui, seul compte l’instant présent. Sur lui, l’unité temporelle se compte en pitons et ne s’écoule que de dégaine en dégaine. Le futur se limite aux quelques instants lors desquels la gomme des chaussons, si elle est précisément posée sur son graton, peut nous faire progresser de quelques centimètres ou au contraire nous faire zipper, écorcher nos coudes et user nos pantalons.

 

Le roc de Sédour

La roche ronde

J’en ai télécharger des appli de méditation, mais la seule pleine conscience que j’ai trouvé c’est encordée, sous l’effet de la concentration ultime, de l’adrénaline, de la fatigue sans doute, mais pas uniquement. C’est seule triangulée à un relais, à plusieurs dizaines ou parfois centaines de mètres du sentier d’approche accidenté et fréquenté uniquement par les boucs puants, seule avec une corde entre les mains, les sens en alerte que la conscience est entière. Le premier des sens est le toucher : laisser sa proprioception suivre les progrès de son compagnon, les accompagner, les sécuriser et malgré toute la concentration nécessaire pour le rendre le plus précis possible, le cerveau est encore capable de nous faire prendre plaisir à écouter le vent qui s’engouffre dans la vallée, admirer les hirondelles voler avec une élégance digne de la patrouille de France.

Sur le Calamès ou la Roche Ronde, elles volent à flanc de falaise. Diététiciennes des milieux naturels, on les observe se battre comme des acharnées pour sauver l’écologie de la misère. Comme des pilotes d’hydravion frôlant la cimes pour éteindre un feu, elles méritent une médaille à enchaîner les plongeons à hauteur de buis pour à réparer les bêtises du commerce mondialisé : tentant de gober autant que faire se peut les pyrales ramenées d’Asie. D’un point de vue de falaisiste, en tension sur ses mousquetons, le spectacle de l’abnégation de leur voltige aérienne est des plus beau, simple, elles ne se posent pas de questions et suivent l’instinct dont la nature les a pourvu pour mieux s’autoréguler. De ce point de vue, nous les humains, nous sommes hors de la nature, nous sommes bien les seuls à ne pas oeuvrer pour l’écologie, à ne pas avoir compris cette science de gestion notre demeure commune.

 

Redevenir des cro-magnons proches de la nature avec dépensent leur énergie plutôt que leur argent est l’un des pans de la recherche de la simplicité pour lesquelles nous grimpons.

Mais simplicité pour nous c’est aussi former une vraie cordée, sans premier ni second. Certains usurpent  le champ lexical de l’alpinisme et redéfinissent à des fins populistes et managériale le “premier de cordé”. De mon côté, je développerais plutôt sur des faits : celui d’enfiler son baudrier, de faire des noeuds de huit qui nous lient sans concession les uns aux autres et demandent un échange de confiance sans limite qu’on ne trouve nul part ailleurs, même quand le tonnerre gronde et que le gris du ciel se confond à la falaise.

Si j’ai pu me faire tant plaisir sur ces falaises aux mouv’ techniques, dépasser ma peur de chuter en premier de cordée comme jamais je ne l’avais fait, c’est bien parce qu’en dessous j’avais un second de cordée au top, qui allait anticiper et amortir mes potentielles chutes ou qui pourrait repasser en tête si mon mental, mon physique ou ma technique venait à faire défaut.

 

 

Notre vraie cordée partage un effort, non pas partage dans le sens “vie la même chose au même moment”, non “partage” au sens noble du terme.

Une vraie cordée, d’un commun état d’âme, partage des décisions et souvent celle de renoncer à une ascension.

Une vraie cordée sait faire face aux tensions, qu’il s’agisse du tirage dans les cordes ou de celles liées à la fatigue et aux doutes.

Et ce que Jupiter n’a pas saisi, c’est que dans une vraie cordée, il n’y a pas de premier. Les membres d’une cordée alternent les passages en tête, répartissent les difficultés, se complètent. Elle n’est pas faite d’un leader héro, miroir aux alouettes Macroniste, et d’un suiveur, mais se développe grâce à la connaissance de l’autre, l’échange, la tolérance.

Dans une cordée on se retrouve d’égal à égal, la progression se fait à deux. Lorsqu’un grimpeur par en tête ce n’est pas pour tirer l’autre, et il faut bien n’avoir jamais fait de montagne pour croire à cela, Romain ne sera jamais capable de me tirer si je suis en difficulté et vice-versa, en cordé il faut laisser tomber l’égo et se mettre au niveau de l’autre.

Cet été, ce qui a fait le bonheur de notre cordée ce n’est pas de sortir une quelconque cotation mais d’avoir été capable de grimper des centaines de mètres en alternant les longueurs, d’avoir fusionné sur la falaise comme habituellement à la ville.

Le bonheur de notre cordée, c’était le sandwich au pâté au relais.

Le bonheur de notre cordée, c’était la sortie après des heures de grimpe, sur un étroit plateau. C’était à chaque sommet de falaise tomber sur les Cathares, enfin ce qu’il en reste, avec les ruines qui nous rappelaient encore à notre humilité “vous avez mis 4 heures pour grimper léger, imaginez ces albigeois qui remontaient ici les pierres de leurs châteaux fort”.

 

 

 

2 commentaires pour “Ma cordée bien aimée

Répondre à beatrice Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *